Quelles sont les différentes formes de corruption politique les plus connues ?

De nos jours, la corruption est un fléau qui fait ravage dans presque tous les pays du monde. En effet, la corruption est un phénomène qui consiste pour le corrupteur de verser de l’argent au corrompu dans l’optique d’obtenir un traitement de faveur. Plus présent dans la sphère politique, elle a participé à la chute de plusieurs hommes politiques. La corruption peut emprunter plusieurs formes. Découvrez à travers cet article les différentes formes de la corruption politique.

Les pots-de-vin

La forme de corruption le plus connue dans la sphère politique est le pot-de-vin. Pour avoir plus détails sur ces formes de corruption, visitez un site intéressant. En effet, le pot-de-vin est une forme de corruption politique qui est propre au marché public. En temps normal, pour la réalisation des travaux ou des ouvrages publics, les gouvernants devraient émettre des avis dans l’optique d’inviter les entreprises spécialisées en construction à faire des propositions de devis pour gagner le marché public. Cependant, dans certains pays, le facteur qui motive le choix des gouvernants est le pot-de-vin que verse l’entreprise en échange du marché. Cette pratique est devenue monnaie courante dans les pays en voie de développement. Ce phénomène fait fréquemment la une des journaux au quotidien. Malgré les nombreuses commissions mises en place pour régresser l’évolution du phénomène, il subsiste toujours. 

Le traitement préférentiel

Le traitement préférentiel est une forme indirecte de corruption. En effet, la nomination des fonctionnaires à des postes de grande responsabilité devrait être basée sur l’aptitude des éventuels postulants. Contrairement à la norme, le choix de ces autorités est souvent fait en fonction des dessous perçus chez les potentiels candidats au poste. Pire, certains dirigeants préfèrent accorder les postes à des personnalités de leur région afin d’avoir plus facilement leur faveur plus tard. Ce phénomène gangrène la bonne gouvernance de l’État. Ces acteurs privilégient leurs propres intérêts à celui général